vendredi 30 mai 2008

mardi 27 mai 2008

Sujet libre pour cause de grève musesque

Ohé les aminches

Comme vous le savez, suite à des événements indépendants de notre volonté, la muse est en pleine crise existentielle et a décidé de mettre fin à ses activités. Temporairement ou non : suspense (ou n'importe qui d'autre).

D'ailleurs en passant, on est prié de voter pour le sondage, et plus vite que ça. C'est pas tous les jours qu'on consulte le lectorat sur Le Banc de Morues, alors on en profite, les gars, les filles, et on se sort les doigts du séant. Pour les presbytes, c'est à droite que ça se passe. Le ciel vous le rendra.

Bon revenons à nos mammifères caprinés. Le sujet du jour (que j'ai donc trouvé toute seule comme une grande) : LE RENEW.

Popopop! Je vous vois venir, les Soeurs Anne, le renew, je vous l'accorde, je vous l'ai déjà fourgué. Mais attends, c'est là que ça se complique : le renew, à l'époque, je vous l'avais décrit comme une vague tendance musicale. Ben je m'étais fourré le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Pas moins.

Le renew se déplace, se transfère, se translate et se mute. (C'est que lui, il fait du skinotic). (aparté : que celui ou celle que je ne connais pas perso et qui est capable de comprendre cette référence vaseuse parle aujourd'hui ou se taise à jamais). Aujourd'hui donc, voici en avant première française la dernière vectorisation polymorphe du renew : LE RENEW TELEVISUEL.

Oh, non. Eh si.

Of course, il s'agit pour l'instant d'un épiphénomène étatsunien, comme d'hab. Mais tu peux être sûr qu'on va se le prendre pas tard sur le PAF. Bon, le trensetter, je te le sors de but en blanc, c'est Beverly Hills (ou Bever', comme on disait dans le Val-de-Loire des 90's). Ouais, je sais, ça fait un choc.
(si quelqu'un pouvait me dire qui est ce mec à droite d'Andrea Zuckermann, ça serait vachement sympa)

Bon alors, bien sûr, on pouvait pas remettre les moches, hein. Surtout quand tu vois que la Donna Martin, en ce moment, elle est présentable une semaine sur deux :

bon là, par exemple, c'était la mauvaise semaine.

Alors si quelqu'un avait prévu de ressortir son freesbee Dylan :

ou sa Barbie Kelly :

ou encore son after-shave 90210 :

Ben on est prié de les ranger, ok, parce qu'aujourd'hui, mesdames, messieurs, à Bever' on fait dans le classieux et le cast, il ressemble à ça :

Bon d'accord on voit pas bien. Mais déjà, on sent qu'ils ont d'embaucher une styliste. Et avec mes go-go-gadgetozyeux, je peux même te dire 2 trucs :

- les chaussures de la fille de droite sont canonnes.

- la fausse jeune en jaune, c'est la meuf d'Oncle Jesse, de la Fête à la Maison, la série de quand les jumelles Olsen, on n'avait pas encore envie de leur crever les pneus.

mais bon, c'est pas demain que les Tanner mordront à l'hameçon du renew...

Quoique... on me signale dans l'oreillette que Stéphanie Tanner est dans les starting blocks.

Bon bah, j'ai mal au crâne, moi, je vais me coucher.

lundi 26 mai 2008

Du côté de chez Sephora

Après cette virulente polémique qui a déchaîné les passions et secoué le banc, revenons en à du sérieux: parlons shopping. Lors de mon dernier passage chez Sephora j'ai fait quelques petites découvertes que je voulais partager avec vous, bande de morues! Tout d'abord j'ai testé les fameux Nail Patch, ces petites bandelettes de vernis adhésif qui s'appliquent directement sur l'ongle.

Perso je ne voyais pas trop l'intérêt, les assimilant à d'atroces faux ongles qui non seulement sont vulg' mais qui en plus me rendent aussi agiles que des moufles.

C'était toutefois sans repenser à mes longues heures de lutte à tenter de rattraper une coulure, un débordement, ou pire un ongle écaillé, et encore je ne vous parle pas des minutes interminables d'attente du séchage, vous voyez ce que je veux dire....

Oui, je l'avoue, je fais partie de ces galériennes du vernis et je me suis donc laissée tenté par cette nouvelle expérience. Le résultat est étonnant, ça s'adapte à toutes les longueurs d'ongles, c'est précis, nickel, il y a un petit coup de main à prendre mais ça semble facile (la pose est gratuite en ce moment, en 5 minutes c'est réglé) et surtout hyper résistant.

Sur le papier ça tient une dizaine de jours (à vérifier) et ça se retire au dissolvant, tout simplement! Seul petit hic, il y a pour l'instant peu de choix dans les teintes, mais le marron et le rouge foncé sont très biens.

Autre découverte, après Paul & Joe l'année dernière, Sephora s'est trouvé de nouveaux copains modeux, Zadig & Voltaire, pour créer ensemble un débardeur au profit de l'association «Autistes sans frontières ». Ils l'ont baptisé « James », so chic, il est bleu comme il faut, long comme il faut, avec un motif guitare pailletté dans le dos, la petite touche rock qui va bien. Résultat, pour 20€ vous ferez une bonne action et un bon achat, que demander de plus. Bref, en attendant, votez Timo!!!

mardi 20 mai 2008

Sujet imposé : Gordon Gekko

Bon, ben les gars, les filles, je vous raconte pas comment c'est la panade à Champignac, là.

J'ai eu une nouvelle commande du mimo. Et ben il s'est pas foutu de votre gueule, hein. Sujet du jour : Gordon Gekko.

De quoi? C'est qui Gordon Gekko? Je sais, j'ai dit pareil. Enfin, non sur le coup, j'ai dit : "Ah mais carrément, super grave bonne idée" (tout en me notant pour plus tard de googliser le bordel). Mais attendu que j'avais un taux d'alcoolémie comparable à une note de patinage artistique (5-8 for the hungrian judge), je me retrouvu fort dépourvue lorsque la gueule de bois fut venue.

Impossible de me rappeler du truc.

Bon je vous passe les 3 piqûres de rappel qu'il a du me faire depuis. La semaine dernière, il en a eu marre et me l'a collé par écrit.

Gordon Gekko, donc.

Alors Gordon Gekko, c'est Mickael Douglas dans Wall Street et c'est un peu la muse de notre muse. Du concentré d'essence de muse, si vous voulez. Une sorte de role-model auquel mimo fait appel dans les situations délicates ("mais, diantre! que ferait Gordon devant ce pot de mayonnaise qui refuse de s'ouvrir?").

(en même temps, il a pas trop une gueule à bouffer de la mayonnaise, le Gordon)

Portrait :

GG, pour les intimes (mais il en a peu), c'est un peu le Grand Méchant Capitaliste. Du genre qui mange 3 petits africains au petit déjeuner en lisant le Financial Times.

(bon, là, il est un peu débraillé avec sa chemise froissée et sa cravate qui gondole, mais il faut noter les 2 détails chers à mimo : le col blanc et les bretelles. On retiendra aussi le regard à la Geneviève de Fontenay quand on lui cause Valérie Bègues, très utile pour impressionner quand il y a du rab à la cantoche du bureau)

GG, il est du genre à bombarder des orphelinats pour construire dessus des gros complexes immobiliers remplis des mecs bedonnants qui fument le cigare en écoutant "Puissance et Gloire" de Herbert Léonard et en jouant é Touche-Secrétaire.

Le genre qui se joue le monde au poker avec J. R Ewing, Patrick Bateman et Victor Newman et qui dit "(Bernard)TAPIS" alors qu'il a une paire de 3.

(la c'est le dernier nokia S34618263G38E, avec fonction talkie-walkie et interphone)

Enfin, le genre qui n'est même pas attendri par le Chat Potté de Shreck 2 quand il fait ses gros yeux, quoi.

Mais on me fait signe en régie. De quoi? On a du lecteur scandalisé? Cherche pas, lecteur, si t'es scandalisé, c'est que t'es une fille, tu peux pas comprendre le trip GG. Comment t'expliquer? Ah, voilà : Gordon Gekko, c'est un peu Anna Wintour avec des baloches (copyright Gonzalo).

"Ah ouaaaaais d'accoooooord", fait le lecteur fille éclairé par l'analogie saisissante.

Et "boum" font les illusions alter mondialistes en tombant par terre.

dimanche 18 mai 2008

J'ai 30 ans (comme Cindy Braun)

J'ai 30 ans. Depuis vendredi.

"Ouai mais attends Cam, t'es mariée c'est pas grave !"

Je te merde. Si c'est grave.

Mon GM (gentil mari) ne se transforme pas en acide hyaluronique après minuit à ce que je saches, et quand on lit toutes nos revues préférées, on a l'impression que dès 30 ans c'est foutu, on ressemble à Madame Shrek. Après minuit.

Et puis 30 ans ça veut dire que je connais Soso depuis....16 ans. Arhhh.

"Tu te souviens, y a 15 ans, quand on faisait semblant d'être bourrées à la boum de Nicolas Kaiser?"

"Et aussi tu te souviens y a 16 ans quand on a fumé des Lucky toute la nuit (à peu près 3 Lucky Strike...à nous deux) avec Jean, le seul mec du collège qui pratiquait le cunnilingus pour de vrai ?"

Bon tout ça c'est le mauvais coté de la chose.

(qui n'est pas négligeable ma bonne dame, la dégénérescences cutanée en préoccupe plus d'une).

Heureusement y a aussi le truc que quand tu as 30 ans, y a le syndrome con du chiffre rond ou de la dizaine, tu es pourrie-gâtée-re-pourrie (bon faut pas non plus dépasser les 100 ans comme Jeanne parce que là tout le monde il est mort sauf toi donc ton anniv et ben il est pas olé-olé et tu souffles la bougie alone avec ton 4 ème chien)

(celui là je ne pouvait pas ne pas vous le mettre)

merci merci merci, la pilule des 30 ans a été avalée plus facilement grâce à vous.

jeudi 15 mai 2008

Per Barclay au CCC

C'est vrai qu'à Tours c'est pas trop la fête pour dîner le lundi ou passé 22H (attention la fondue vous guette...), mais côté vie culturelle, heureusement, ça bouge un peu plus.
D'ailleurs aujourd'hui j'ai envie de vous faire partager ma dernière expo en date: celle de Per Barclay au CCC.
Les clichés de ce photographe norvégien m'ont vraiment fasciné. Autour d'une installation appelée la chambre d'huile (une pièce blanche au sol entièrement recouvert d'huile de vidange sur lequel se reflètent les pavés de verre du plafond) une quinzaine de photos présente son approche autour du reflet. Aux miroirs Per Barclay préfère la transparence des liquides. Le plus souvent il emploie l'huile de vidange, bien noire, mais compose également avec du sang, de l'eau...
J'ai particulièrement aimé cette composition épurée dont le sol est encore totalement enduit mais cette fois avec du lait.
Les lieux photographiés prennent alors une allure onirique, à la fois étrange et poétique. Sa maîtrise de la lumière est remarquable, notamment à travers ces grandes fenêtres lumineuses sans perspective.
Per Barclay a su se créer un univers bien à lui, très élégant, que certains comparent à juste titre à celui de Lynch.
L'expo est à voir jusqu'au 1er juin au Centre de Création Contemporaine de Tours, 53 rue Marcel Tribut.

mardi 13 mai 2008

Le syndrome de l'écureuil ou pourquoi ma mère est un génie absolu

Ma mère ne jette rien.

Jamais.

Les Reader's Digest de 1983, elle en a plein ses waters.

Des courriers de France Abonnements

ELLE A GAGNE 32 MILLIONS D'EUROS

(si elle a les 23 numéros dans l'ordre)

elle en a fait des piles qui lui servent de guéridon design.

Elle a des notes ultra importantes aimantées à son frigo depuis si longtemps que l'encre est devenue sympathique.

Absolument tout ce qui ressemble vaguement à une assiette incurvée est instantanément transformé en vide-poche pour piles usagées, stylos sans encre, boutons dépareillés...

La cerise : elle garde aussi ses vieux chewing-gums déjà mâchés et les colle sur son angle de four à micro-ondes "pour plus tard" (parce qu'ils ont encore un peu de goût, tu comprends).

Ouais.

Je sais.

Aparté: lors d'un dîner mondain, loin de tout angle de four à micro-ondes, hop, elle s'est collé son vieux Hollywood chloro derrière l'oreille. T'aurais du voir la gueule de son voisin de table quand il a du lui couper une mêche de cheveux avec l'argenterie. Fin de l'aparté.

Mais parfois, je monte dans le grenier familial et je trouve des trucs genre ça,

bottes Ottorino Bossi

ou ça

boots Sartore

ou encore ça

boots ????

ou bien ça :

mocassins Céline (en guest-star ma housse de couette pas repassée et jean-claude le chat et son collier strassé)

Et là, dans ses vieux chewing-gums, je vois un happening conceptuel que même Marcel Duchamp il aurait eu l'air bien con à côté.

vendredi 9 mai 2008

Quand Bristol envahit Paname

Portishead en live, on l'attendait depuis l'adolescence avec cette morue de milou et nous y voici!Le zénith est bondé de trentenaires transcendés par la voix envoutante de Beth Gibbons.
Quelle classe! Filiforme, discrète, au look minimaliste, elle semble vasciller suspendue à son micro.
Mis sur orbite on se laisse emporter par quelques nouveaux morceaux (finalement je vais peut-être mieux l'écouter ce nouvel album en rentrant...) et surtout, surtout, des valeurs sûres: Glory box, road, mysterons, numb...
La puissance de chaque titre prend toute sa dimension sur scène, et ça n'a pas pris une ride!
Le son est excellent, les basses vibrent, les vidéos qui accompagnent chaque morceau nous transportent dans un univers à la fois nostalgique et électrique, quant aux éclairages de folie ils font le reste.
Certains diront que c'est dark mais moi je trouve ça juste tellement beau.
Après ce concert j'ai vraiment bien saisi le sens du mot trip-hop...

mercredi 7 mai 2008

Miami, le roman-photos

Je vais pas m'encombrer avec des lignes, je vous pr��viens tout de suite, y a des photos, comme ��a, qui se savourent.
Bon l�� j'ai cru voir la Cicciolina en live,

y a pas d'��ge pour se faire belle j'ai envie de dire

(y avait pas son Popples, je suis pas tomb��e dans le panneau)

Et puis alors quand on se fait beau en Floride c'est pas qu'une histoire de style, y'a l'attitude aussi. Vachement important.

M��me les natures mortes publicitaires ont droit �� un petit relooking chic et ��l��gant.

(en passant, on bouffe ces merdes et on nous diffuse Miss Swan sur t��va l'air de rien)

video

Je vous laisse le meilleur pour la fin, la derni��re fois que j'ai vu un grand faire la rondade on the beach c'��tait au Club Mickey de Boyardville.

lundi 5 mai 2008

Les gens sont fous : Aux Fondues Coeurs

Y'a des soirs comme ça où on ferait mieux de rester chez soi.

Comme lundi dernier par exemple.

Mais bon, quand mon époux m'a lancé " dis, on se fait un petit resto avant d'aller au ciné ? ", j'ai allégrement sauté sur l'occasion. Erreur.

Bon, on n'est pas du blog capitalien ici, je te rappelle : on est live from l'Indre-et-Loire. Alors ouais, le cadre de vie est incomparable, ouais on peut faire bisquer la solenne avec nos m² de malades. Mais bon, la province, t'avoueras qu'elle ferait mieux de pas trop se la ramener sur certains trucs. A commencer par trouver un resto ouvert le lundi soir, bordel.

Et c'est comme ça qu'on s'est retrouvés Aux Fondues Coeur (je vous laisse apprécier le jeu de mots). Quand j'y repense, quelle idée tout de même d'avoir envie de fromageries en mai.

Déjà, rien qu'à la déco, j'ai commencé à avoir des doutes.

Mais bon, la perspective de la fondue m'avait collé des œillères, je me suis dit que le mini puits en bois et le menu façon WordArt, finalement, ça pouvait le faire.

Mes œillères ont chu définitivement à l'arrivée de mon " Assiette d'accompagnements " (vise un peu les country potatoes).

Et puis j'ai vu ça :

Les grains de riz dans la salière, comme à la cantoche ! C'est drôle ! On s'en va ?

Ben non, bien sûr, on est restés. C'est chiant d'être poli.

Bilans :

Bilan condiments : Tout le monde ne peut pas se prévaloir d'avoir une valve propre.

Bilan boissons : on remarque le pichet d'eau, intact. Par contre on a fusillé les 2 minis bouteilles (y avait plus de grand modèle mais on nous a fait les 2 petites au prix de la grande, on n'a pas perdu notre soirée)

Bilan fondue : ben on a tout mangé dis donc.

Bilan cerise sur le gâteau : le petit boeuf qui va bien

video

Bilan jeux de mots : Aux Fondues Trou

Bilan qualité de vie provinciale : vend maison 130 m² centre-ville de Tours, jardin, parking, cuisine équipée, proche commerces et écoles. Contacter la rédaction qui fera suivre.