dimanche 10 février 2008

cliché de campagne

J'aime Paris, j'aime les parisiens, mais pourquoi certains d'entre eux sont-ils vraiment too much?! OK, je vous plante le décor: petite soirée hyper sympa dans l'appart d'une de mes amie. Les chacuns et chacunes en présence font un point sur leurs situations respectives et j'entends A. dire à un de ses convives: « Emilie vit aujourd'hui à Tours »...Et là, sous mes yeux de morue éberluée ce mec se tourne le plus naturellement du monde vers moi et me lance avec un sourire carnassier: « Ah c'est vrai, tu vis à la CAMPAGNE?! »... Que dire si ce n'est « ouf » car ma coupe de champagne était bien vissée à ma main ... « La campagne », un mot qui tout à coup m'a paru très lourd de sens, tellement chargé de clichés, de chemins terreux, de vaches, de bottes en caoutchouc trop larges et d'ampoule nue pendante au plafond à laquelle vient s'enrouler un vieux papier tue-mouches (OK, c'est vrai, moi aussi je charge la mule en stéréotypes, mais allons y gaiement!). Comment un garçon pourtant intelligent et cultivé, je dirais même fin, peut-il tomber à ce point dans un snobisme aussi vulgaire et facile! C'est vrai, c'est vrai je vis en province, à Tours, à 50min top chrono de la tour Montparnasse, et je m'y sens bien! Ici on a l'eau courante et l'électricité, des ascenceurs, des jeans larges chez H&M, des endroits où bruncher le dimanche (si, si!), du thé Mariage, des massages shiatsu, des expos, le dernier film des frères Coen en avant-première en VO, et j'en passe... Mes amis parisiens sont même souvent rêveurs face à nos 100m2 d'appartement au prix de leur F1! Nous sommes civilisés! Je dis « nous » mais le comble, je l'avoue, c'est que je suis 100% parisienne! Née dans le 14°, bercée par les vitrines de noël des Galeries Lafayette, exécutant ses 1ères chutes à vélo aux Buttes Chaumont, etc... De la vraie citadine, totalement angoissée à l'idée de passer plus de 2 jours successifs loin d'un centre ville! Enfin bon, les idées reçues semblent encore bien ancrées et je ne suis pas là pour me justifier. Après chaque séjour parisien je reviens comblée, revigorée, mais également ravie de retrouver mon home sweet home! Je compte d'ailleurs bien partager avec vous tous mes blons plans de morue tourangelle et les joies de « la vie de province », au charme discret mais tellement efficace! Je suis sûre que vous allez y prendre goût...

10 commentaires:

Lorraine a dit…

Née à Tours, j'habite Paris depuis que je travaille et ce dont je suis contente c'est d'avoir quitté le côté tout le monde connait tout le monde, les parents, les grands-parents, les enfants et où l'on est deja catalogué. En revanche j'adore y revenir car c'est tout de meme vachement sympa Tours

milou a dit…

didon Lorraine, tu sais que ma soeur qui s'appelle comme toi a un parcours identique au tien...
C'est toi lo?
Sinon, welcome la tourangelle!

Mili a dit…

OK Lorraine, je reconnais que vivre en province n'a pas QUE des avantages!En effet tout le monde connaît tout le monde, c'est même parfois très flippant!Le truc c'est qu'il faut bouger régulièrement, comme ça, pas le temps de scléroser! Et puis de là à dire qu'on vit à la campagne... Y'a une marge ;-D

Lorraine a dit…

J'ai pas de soeur. En tout cas bienvenues les morues dans le monde des blogs.

karine86 a dit…

merci pour ce post....Et oui il y a une vie en province également. J'ai vécu 7 ans à Paris, et je suis revenue vivre à Poitiers il y a 2 ans. Paris me manque, j'y retourne fréquemment pour des virées shopping, expos et theatre..Mais la vie en province a du bon...de l'espace, du temps, and so on....Karine86

M'ili a dit…

Idem! Quand je fais des petits come back sur Paris je me concocte un planning top à base de shopping entre copines, de découvertes des nouveaux lieux sympas, d'expos à gogo. Je marche, je marche pendant des heures et j'adoooore!!! mais quand je remonte ds le TGV après qq jours, dégoutée du métro et de la queue systématique pour tout et n'importe quoi, je suis tjs aussi contente de rentrer chez moi!

solenne a dit…

pffff arrêtez de me narguer avec vos mètres carrés les morues !!!!!

M'ili a dit…

Allez Soso, t'inquiète pas, t'es tjs la bienvenue chez nous ;-D

Fremen a dit…

Hello les p'tites morues, ici un gros thon, bordeluche d'adoption...

M'ili, c'est touchant ton playdoyer pro province (hi hi), mais j'serai encore plus radical que toi dans le cliché qui tue (les mouches et les idées préconçues) : à la "campagne", y a même des agriculteurs qui ont des ordinateurs sur les tracteurs, dans la laiterie, et des plaques en vitro céramique, et internet, et la modernité y zen ont partout partout, des fois. Et même... j'en connais qui font des blogs, à la campagne, sur leur ordi et qui dissertent gaiement (ceuxlà, ce sont les pires, ils ont vécu dans de grandes villes, et ils les ont lâchement déserté...). Et ils sont même pas agriculteurs des fois... sont artistes, artisans, retraités, avec plein d'espace, dans la maison et autour, à la campagne !
Heureusement, tu le reconnais toi même (tu charges un peu en stéréotypes, hi hi). Les campagnards, y montent pas à Paris que pour le Salon de l'Agriculture (vroum vroum), aussi pour voir les matchs du tournoi des 6 nations(c'est du rugbyyyy) ou alors visiter le musée Branly ou prendre l'avion pour partir en vacances en Patagonie (Pfffff, n'importe quoi).

Mais, suis bien d'accord avec toi, au final, M'il : la province c'est agréable à vivre, Paris aussi ça peut l'être. Question d'état d'esprit, le thon bordelais, il l'aime bien être dépaysé, surpris, dérangé. Se perdre dans l'immensité de la foule métropolitaine, ou se poser, dans la solitude complice des chemins de terre campagnards. A chacun son Tours, vive la diversité...

M'ili a dit…

Intervention insolite et inattendue "d'un gros thon"?! Merci pour ton commentaire auquel je n'aurais qu'une chose à répondre: ENJOY !